×
Accueil > Actualités > Avenir du secteur 2 : sanctions sans revalorisation du tarif opposable ?
 

Avenir du secteur 2 : sanctions sans revalorisation du tarif opposable ?

Publié le : 4 septembre 2012, par FEGER Benoît

Les négociations sur le " problème" du secteur 2 et des dépassements d’honoraires reprennent mercredi 5 septembre.

Monsieur le Directeur de l’UNCAM : moins vous avez de moyens, plus vous avez d’exigences !


1) le débat sur le S2 est un faux problème visant à masquer la réalité.

  • Si les tarifs S1 étaient au juste prix, le problème du reste à charge pour les patients ne se poserait pas. Avant de parler d’abus, il faudrait parler du coût réel de la pratique !

  • Si les complémentaires assuraient réellement le vrai coût des soins des patients, une fois encore le problème du reste à charge ne se poserait pas.

  • Le CNOM a fixé la barre du tact et de la mesure, les excès sont très rares et ne concernent pas les médecins libéraux présents aux négociations, mais le secteur privé de l’hôpital public !

  • La prise en charge des dépassements dans les limites définies par le
    CNOM existe
    pour un coût de 23 euros par moispour un adulte de 45 ans. Sachant que 94 % des français ont une complémentaire et qu’ils paient en moyenne (pour un couple avec 2 enfants) 1000 à 1500 euros par an…

  • Les secteurs 2 appliquent les tarifs opposables pour les patients dans 34.5 % des actes soit plus d’un tiers de leurs actes et pratiquent un dépassement
    moyen de 56 %
    .

  • La FMF propose avec un secteur unifié, une solution peu coûteuse permettant l’absence de reste à charge pour les patients jusqu’à hauteur de 400 % du tarif conventionnel.

Alors où est le problème ?


2) Il faut revenir à la réalité !

  • Encore une fois le problème de base depuis 25 ans est un secteur 1 avec ses tarifs déconnectés du coût réel de la pratique.

  • Or vous n’avez plus les moyens de suivre le coût réel des pratiques, tributaires des exigences légitimes de normes de qualité et de sécurité à tous les stades diagnostiques et thérapeutiques de la prise charge !

  • Seules les assurances complémentaires peuvent se substituer à votre désengagement, mais elles ne le feront pas volontairement, préoccupées par leurs politiques commerciales et de rentabilité !


La solution pour la FMF passe par un secteur optionnel attractif pour tous les médecins libéraux, solvabilisant les compléments d’honoraires grâce à un système d’assurances complémentaires lisibles obligatoires. Le S2 aux « dépassements astronomiques » deviendrait alors marginal.


3) Mais que proposez-vous Monsieur le Directeur ? Des sanctions et encore
des sanctions !

  • Vous avez déjà tous les moyens réglementaires pour traîner devant vos "tribunaux d’exception" ces "sales gueules" de médecins libéraux !

  • Est-ce cela votre respect de notre profession ?

  • Ne vous étonnez pas de voir se créer des difficultés d’accès de proximité, des
    désinstallations de spécialistes libéraux et surtout le désintérêt des médecins de demain pour l’exercice libéral !

  • En revanche, quelles sanctions avez-vous prévues concernant vos promesses non tenues depuis 2004 ?


La médecine libérale ne sera pas le bouc émissaire d’un système en faillite.

Les médecins libéraux n’ont plus aucune confiance dans vos engagements.


La FMF US SERA VIGILANTE ET RESTERA EXIGEANTE POUR L’AVENIR DE L’EXERCICE LIBÉRAL TOUT AU LONG DE CES NEGOCIATIONS !


   Contact Presse :
Dr B. FEGER Président FMF US 06 74 12 53 26
Dr F. FAROY Vice-président FMF US 06 75 39 32 28
Dr C. LE SAUDER Vice-présidente FMF US 06 31 03 70 58


Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale