×
 

Actualités

La mort de la radiologie libérale est programmée

Publié le 16 février 2017, par Pierre NEVIANS (Admin)

La MORT de la RADIOLOGIE LIBÉRALE par décret est en MARCHE !

Quelle est réellement la politique suivie par le ministère,

par l’UNCAM et son directeur ?

D’un côté, on met en place avec la convention des mesures incitatives pour l’installation libérale de médecins généralistes.
De l’autre, on prend des mesures financières de diminution tarifaire des actes de radiologie, diminution rendue possible autoritairement par la loi de financement de la sécurité sociale, sans concertation et hors de la convention signée par la FMF !

Ces mesures tarifaires, qui viennent s’ajouter à 10 ans de baisse des actes de radiologie, vont impacter la radiologie de proximité en bloquant les possibilités d’investissement et d’innovation (dans les entreprises médicales que constituent les cabinets de radiologie).
Cela va conduire :

  • à la fermeture de cabinet de radiologie (120 ont fermé l’an dernier)
  • à une concentration des cabinets restants
  • à un non-renouvellement et au non-développement du parc d’imagerie lourde déjà grandement déficitaire en France par rapport aux autres pays européens.

Le médecin généraliste va-t-il s’installer sans avoir accès facilement à l’imagerie moderne ?
Non ! Et quelques soient les mesures incitatives, car le médecin généraliste, tout comme les autres médecins spécialistes, travaille dans un réseau de professionnels et a besoin de correspondants disponibles et proches.

L’accès aux soins des patients va donc, par ces mesures, être retardé, voire réduit ou même supprimé :

  • sur le plan temporel : moindre disponibilité des radiologues restants ainsi que du parc d’imagerie
  • sur le plan géographique : éloignement ou disparition des centres d’imagerie
  • sur le plan financier : les radiologues libéraux n’auront pas d’autres choix que de faire des dépassements économiques pour perdurer.

LA DESERTIFICATION MEDICALE VA SE POURSUIVRE

Le retard de prise en charge des patients n’est pas de la responsabilité des médecins, mais bien de la politique de l’Assurance Maladie.
Demain faudra-t-il mettre en place des mesures incitatives pour l’installation des radiologues ?

Non, UBU n’est pas mort... La politique de l’Assurance Maladie l’entretient !

LA FMF REFUSE CETTE POLITIQUE COMPTABLE, IDEOLOGIQUE, SANS VISION DE L’AVENIR

Comment vouloir développer l’attractivité, l’installation, l’investissement des médecins libéraux, quelque soit leur spécialité, sans visibilité tarifaire pluri-annuelle ?
À quoi sert la politique conventionnelle si elle est bafouée chaque année par une loi de finances de la sécurité sociale ?
La FMF se demande si les mesures « incitatives » ne sont finalement pas que machiavéliques !
Ne s’agit-il pas de faire croire à la population en demande qu’on veut réduire les déserts médicaux par un affichage de mesures… qu’on n’appliquera pas ?...
...Et d’un autre côté poursuivre la destruction du tissu libéral pour justifier le tout hôpital public ?

La Médecine moderne a besoin pour son efficience, pour la pratique des soins selon les données de la science, d’une imagerie de proximité et de qualité.

LA FMF s’associe à la demande de retrait immédiat des mesures destructrices prises par N. Revel , DG de l’Assurance Maladie, à l’encontre de la radiologie.

La FMF soutiendra la pratique de dépassement économique
pour la survie de la radiologie de proximité.


La FMF avertit les pouvoirs politiques sur leur responsabilité, sur les conséquences de leurs actes, sur la dégradation de l’accès aux soins des patients dans les prochaines années.

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top