×
 

Actualités

PLFSS 2019 : l’addition de trop !

Publié le 19 octobre 2018, par Jean-Paul HAMON

L’article additionnel à l’article 43 du PLFSS 2019 ne manque pas de sel ! A quoi jouent les députés ?

Après avoir prétendu que la vaccination contre la grippe par le pharmacien redonnerait du temps médical aux médecins, nos parlementaires récidivent avec un article « additionnel » donnant aux pharmaciens un droit de prescription.

Dans la conjonctivite, la cystite et l’eczéma, les pharmaciens pourront prescrire un traitement directement aux patients ! Evidemment, la liste n’est pas limitative et gageons que d’autre pathologies viendront bientôt grossir la liste des pathologies « traitables » directement dans les pharmacies.

La FMF a toujours défendu les pharmaciens d’officine, barrières de sécurité sanitaire indispensables, mais s’est toujours opposée à ce que les pharmaciens changent de métier… Sous prétexte de sauver un exercice en péril !

La FMF le réaffirme : pour regagner du temps médical, les médecins n’ont pas besoin que les pharmaciens viennent faire leur travail, ils ont besoin de secrétaires qui gèrent efficacement des tâches administratives toujours plus nombreuses. Quand nos politiques comprendront-ils que c’est d’une réforme dont le système de santé français a besoin. Pas de rustines qui le rafistolent.

Jean-Paul Hamon

Président FMF

I. – À compter du 1er janvier 2019 et pour une durée de 3 ans, à titre expérimental, l’État peut autoriser dans les deux régions déterminées par les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale la dispensation, par les pharmacies d’officine, de certains médicaments à prescription médicale obligatoire dans le cadre d’un protocole médical et de coopération conclu avec le médecin traitant et les communautés de santé des structures d’exercice coordonnées.

II. – Un décret fixe le champ et les modalités de mise en œuvre des expérimentations prévues au I. Il précise les modalités de mise en œuvre de ces expérimentations, notamment les caractéristiques du projet à présenter dans chaque région, ainsi que les conditions d’évaluation des expérimentations.

Le contenu de chaque projet d’expérimentation régional est défini par rapport à un cahier des charges arrêté par les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale.

Les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale arrêtent la liste des agences régionales de santé pour participer à l’expérimentation et après avis des agences régionales de santé concernées.

Un rapport d’évaluation est réalisé par le Gouvernement et, au terme de l’expérimentation, remis au Parlement.

Autres actualités

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top