×
 

UG Zapping


par Claude Bronner
 

UG Zapping n° 124

Publié le : 9 janvier 2017

2017, ANNEE DE L'ESPOIR  ?

Permettez moi de souhaiter une Bonne Année 2017 personnelle à tous les lecteurs d'UG Zapping et de nous souhaiter une année professionnelle des plus intéressantes. Et qui sait  ? Peut-être une année porteuse (enfin !) de bonnes nouvelles pour les médecins libéraux. Changement de Président certain et espérons le, changement majeur de politique santé. 2017 ne verra pas une nouvelle Convention Médicale, mais gageons que l'actuelle, même si elle est nouvelle, subira rapidement des modifications profondes. La FMF organise un Congrès les 8-9 et 10 juin 2017 à Marseille pour en débattre et tracer les perspectives. En attendant, elle travaille au quotidien pour changer les relations entre les médecins libéraux et Madame Lacaisse et cela prend tournure. Une exemple suffira pour illustrer un nouvel état d'esprit, mais aussi les limites : la pédiatrie. La Convention met en place la ROSP du médecin traitant de l'enfant. Les tenants et aboutissants sont incertains. La ROSP est une usine à gaz et l'appliquer aux enfants ne la rend pas plus alléchante pour la FMF, mais l'essentiel n'est pas là : avec les revalorisations des actes pédiatriques sur lesquels nous reviendrons, elle représente une amélioration de la rémunération des généralistes et des pédiatres qui sont les uns et les autres parmi les plus mal lotis des libéraux. Nicolas Revel s'est engagé : les pédiatres devraient obtenir une revalorisation moyenne de 16 000 € par l'application de la nouvelle Convention et si ce chiffre s'avérait faux, il s'est engagé à négocier les correctifs pour y parvenir. A suivre…


VIE PROFESSIONNELLE du côté de la vie conventionnelle

La Convention a vu la signature de son premier avenant avec des régularisations diverses (le C2 avait été oublié dans les actes des généralistes dans l'annexe tarifaire) et une ROSP pour les médecins traitants de l'enfant qui peuvent être généraliste ou pédiatre bien évidemment. On y reviendra, mais il faut proposer aux parents des enfants que vous traitez de vous choisir comme médecin traitant dès maintenant car cela impactera les rémunérations 2017 pour les pédiatres et les généralistes avec les 6 euros par patient inscrit en 2017 qui seront payés au premier trimestre 2018. La FMF a par ailleurs bel et bien organisé le dépôt d'un recours en Conseil d'Etat contre l'OPTAM et l'OPTAM-CO dans la mesure où le système est suffisamment tordu pour qu'un patient qui paye le même complément d'honoraires pour le même acte soit moins bien remboursé par sa mutuelle selon que son médecin soit en secteur 2 strict ou en Optam   !


L'INCONTOURNABLE NOMENCLATURE la MCG (Majoration Coordination Généraliste)

La MCG est une cotation à rajouter au C. Elle vaut 3 € à ce jour et passera à 5 € le 1er juillet 2017. Références : textes qui la régissent dans la Convention. Elle s'applique dès que le médecin qui n'est pas le médecin traitant fait un simple retour (courrier mail, téléphone…) au médecin traitant qui lui a envoyé un patient quand le C2 est exclu. Elle est utilisable également "En cas de consultation sans adressage par un assuré éloigné de sa résidence habituelle et donc de son médecin traitant désigné". Pour les généralistes, Madame Lacaisse n'appliquait pas le texte qui existait déjà dans la Convention 2011". Ça a changé comme vous l'explique le Dr Richard Talbot : N'hésitez plus à coter la MCG"


COMMUNICATION ORGANISMES ça ne s'améliore pas

Le pompon à l'ANSM qui réussit à envoyer une carte de voeux où ne figurent que les mots "Hôpital" et "Pharmacie". Il fallait oser, ils ont osé. Pourtant la plus grande partie des médicaments prescrits le sont par les libéraux          ! On ne sait si c'est de la bêtise ou s'ils font exprès, mais ça traduit en tout cas le fond de leur pensée : le médecin libéral n'existe pas vraiment.


LECTURE CRITIQUE d'une plaquette bronchiolite

lls ne peuvent s'én empêcher : la plaquette "Votre enfant et la bronchiolite" est plutôt bien rédigée et pourtant gâchée par un message qui envoie aux urgences le bébé qui "pleure de manière inhabituelle". Et ce n'est pas le seul message affolant pour les parents notés à côté de l'affirmation "l'hospitalisation est rarement nécessaire" comme on le voit sur notre image extraite du document,


ANTI ALZHEIMER Le sujet fait réagir

Dans le dernier Zapping j'ai lancé un appel pour des textes qui défendent les traitements anti-Alzheimer. Le FCMRR (Groupe de travail de la Fédération Nationale des Centres Mémoire Ressources et Recherche) a rédigé en juin 2016 un texte de 47 pages intitulé « Le point sur les traitements symptomatiques dans la maladie d'alzheimer en 2016 ». Il donne un certain nombre d'arguments pour ne pas rejeter systématiquement le traitement.


BIOTHÉRAPIES Jean-François Pesty allume

Les biothérapies ont parfois des effets bénéfiques fabuleux, mais aussi des effets secondaires impressionnants en raison de la baisse de l'immunité. Raison de plus pour s'intéresser au dossier de Jean-François Pesty sur le sujet. Il insiste sur l'intérêt de la trithérapie méthotrexate, sulfasalazine (Salazopyrine®), et hydroxychloroquine (Plaquenil ®) qui serait négligée en France en raison de la pression efficace et intéressée des labos et des hôpitaux. Un dossier pour les médecins traitants et ceux qui sont concernés au premier chef : rhumatologues et internistes.


ALD 23 compliquée la psychiatrie sort du simplifié  !

Les ALD simplifiées, c'est facile et les médecins utilisent le service de plus en plus. Du coup, les ALD augmentent considérablement. Attention à faire des demandes justifiées et respecter les protocoles par la suite. L'ALD 23 sort du dispositif et le Dr Marcel Garrigou-Grandchamp vous détaille le sujet dans : "ATTENTION l'ALD 23 « Troubles dépressifs récurrents ou persistants chez l'adulte » sort du dispositif ALD SIMPLIFIÉE."


CONTRAT COLORECTAL ou comment se faire…

Comme on est dans le colorectal, chacun comprendra le fond de ma pensée. Non seulement on nous divise la rémunération par 2, mais en plus on nous demande de signer un contrat pour faire notre boulot. Il faut résister : dans certaines caisses, devant la grogne des médecins qui en ont assez d'être pris pour des supplétifs administratifs, la raison l'a emportée et la Caisse paye son dû au médecin quand le travail a été réalisé. Lire à ce sujet l'explication de Richard Talbot : "Pourquoi un contrat pour le dépistage du cancer colorectal  ?".


COLLÈGEDECINE GÉNÉRALE un nouveau bureau

Le Collège de la Médecine Générale qui est devenu l'instance représentative au plan "scientifique" de la Médecine Générale a renouvelé son Conseil d'Administration et son bureau le 15 décembre 2016, sans révolution particulière. Il a ainsi reconduit Pierre-Louis Druais à sa tête pour un dernier mandat de 3 ans destiné à inscrire définitivement le Collège et par voie de conséquence la Médecine Générale dans le paysage institutionnel : ANSM, CNAMTS, HAS, INCa, Inserm, Santé Publique France, et certaines directions du Ministère de la Santé (DGOS, DGS).


POLITIQUE VACCINALE Un rapport neuneu

On attendait le rapport Fischer (RAPPORT SUR LA VACCINATION du Comité d'orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination) au tournant : il est paru fin novembre 2016 et préconise évidemment des solutions logiques si on veut être efficace : rembourser les vaccins à 100 % serait un signal fort disent-ils. Mais écrire "élargissement temporaire des obligations vaccinales de l'enfant avec une possibilité d'invoquer une clause d'exemption" relève d'une novlangue des plus détestables. Ca n'a pas empêché 24 associations médicale diverses d'appeler à l'application de ce rapport dans "24 sociétés médicales demandent la mise en place immédiate des recommandations de la concertation citoyenne sur la vaccination". Pas une seule de médecine générale. Cherchez l'erreur ! De son côté, le Collège des Généralistes Enseignants a produit un communiqué un peu plus convaincant : "Le CNGE pour une politique vaccinale cohérente et efficace". Pour ceux qui veulent écouter une émission radio de qualité sur la vaccination : "Sommes nous tous égaux face à la vaccination  ?"dans "Conversations Scientifiques" sur France Culture.


GRIPPES ET ALERTES Uvestérol en mode horreur et Grippe au top

L'Uvestérol est désormais suspendu, il suffit de jeter un œil sur la page recherche de la Revue Prescrire en ligne au sujet de l'Uvestérol pour se rendre compte à quel point nos autorités sont en dessous de tout : une utilisation certes importante, mais des alertes régulières jusqu'à ce décès parfaitement évitable. La bronchiolite a commencé à baisser fin 2016 (bulletin S51 bronchiolite) pendant que la grippe sévit comme le montre le bulletin grippe S 51 avec les médias et la communication du ministère qui dressent une situation apocalyptique absolument décalée avec la vie des médecins sur le terrain : boulot certes, mais gérable. DGS urgent du 26 décembre nous rappelle que le lavage des mains est indiqué, merci  ! Et qu'en cas de symptômes grippaux pénalisants, l'Oseltamivir (Tamiflu ®) peut améliorer la situation clinique.


COMMUNICATION OFFICIELLE A propos du sort du rapport dépistage cancer du sein

Une grande concertation sur le dépistage du cancer du sein a été organisée et a produit des documents plutôt intéressants qu'il est utile de consulter : "Ensemble, améliorons le dépistage du cancer du sein. Concertation citoyenne et scientifique." Le traitement par l'Inca et le ministère ne déçoit pas et les commentaires de Jean Dobouvetzky avec "Dépistage des cancers du sein : quand agence et ministère tentent de glisser un rapport dérangeant sous le tapis" sont à lire. On peut aussi s'intéresser aux "Chroniques d'un jeune médecin quinquagénaire" qui analyse la plaquette de l'Inca "Cancers du sein, du diagnostic au suivi" et l'assassine avec son post "Comment l'INCa prend les MG pour des cons".


THÈSE TÉLÉMECINE en Sciences Economiques

Ca ne rigole pas en Sciences Economiques à Reims puisque la thèse d'Amandine Rauly "Gouverner la télémédecine. Analyse institutionnaliste d'une nouvelle pratique médicale" fait annexes comprises 621 pages touffues. C'est donc vraiment pour ceux qui s'intéressent au sujet, avec une belle bibliographie et une conclusion que nous pouvons partager : "L'hypothèse générale de nos recherches est qu'au lieu de lever les freins au développement de la pratique, la politique publique dédiée à la pratique est à l'origine même du blocage. À partir d'une démarche institutionnaliste, nous interprétons les rapports de force entre les échelles de régulation de l'activité, ce qui nous amène à questionner la pertinence du modèle de gouvernance de son déploiement. Nous mettons alors en évidence que les solutions apportées par les organes en charge du développement de la télémédecine peuvent être contre-productives."


SITES REMARQUABLES en médecine générale et plus :

Si vous vous intéressez un tant soit eu à la néphrologie, il faut découvrir ou redécouvrir le site "PerrUche en Automne" de Jean-Marie Vailloud. Vous y trouverez des points d'actualité, des situations cliniques (Histoires de patients) et de véritables conférences sur des sujets qui concernent tous les médecins (Néphrologie). Le mieux consiste évidemment à s'abonner à son blog (image de la zone abonnement).
MOOC "vocabulaire scientifique"
Un MOOC (Massive Open Online Course) est un cours en ligne qui permet d'approfondir un sujet. Pour les médecins qui souhaiteraient revenir sur la formation des mots scientifiques ou pour leurs enfant en médecine, il est possible de s'inscrire à un MOOC "De l'atome à l'humain : à la racine des mots scientifiques". Vous pouvez découvrir une présentation rapide et claire en cliquant sur "MOOC Appendre le langage scientifique : présentation".


LE COIN DU CARABIN"

Van Aderr nous propose quelques illustrations de pénuries de médecins avec la "pénurie des ophtalmos" et la "pénurie des gynécos", ainsi que la "pénurie des dentistes".

La grippe peut prêter à sourire : une maxime grippale d'Auguste Derrière   !

Impressionnant, la prière du médecin du philosophe et médecin juif Moïse Maïmonide (1132-1204) qui avait tout compris comme le montre la phrase suivante : "Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Éloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout : car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort". Et encore, s'il avait connu Internet   !

Humour brestois : "Bref, je suis Interne d'ortho"

 

La FMF construit l'avenir
de la médecine libérale

Top